Chirurgie esthétique du visage

Les oreilles décollées

Principe de la chirurgie des oreilles décollées

L’objectif de l’otoplastie est de corriger les défauts esthétiques des oreilles en minimisant les cicatrices. Les oreilles décollées peuvent engendrer une gêne sociale extrêmement importante qui autorise, dans certains cas, à une prise en charge de la sécurité sociale.

A signaler qu’une otoplastie peut également s’effectuer dans le cadre d’une intervention antivieillissement. Effectivement, au cours du vieillissement, les oreilles ont tendance à chuter et donner l’impression de « grosse oreille ». Une intervention peut alors participer au rajeunissement du visage.

Technique chirurgicale de l’otoplastie

La voie d’abord se fait derrière l’oreille. On assouplit l’oreille en travaillant les cartilages afin de diminuer l’effet ressort de ceux-ci. L’oreille peut alors être refixée en bonne position. La fermeture s’effectue avec des fils résorbables qu’il ne sera donc pas nécessaire d’enlever. Un pansement type casque est confectionné.

Suites post-opératoires

En général une hospitalisation d'une nuit est suffisante. Le retour au domicile s’effectue le lendemain après suppression du pansement.

Les suites opératoires sont souvent suivies d’un œdème et d’ecchymoses.

Il convient de porter un bandeau, surtout la nuit, pendant 3 semaines.

Vous êtes revu(e) en consultation quelques jours plus tard à la suite de quoi vous pouvez commencer à masser les cicatrices.

On conseille d'attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

En conclusion

L’otoplastie est souvent une intervention réalisée dès le plus jeune âge. Les oreilles sont replaquées ce qui évite aux enfants de subir les quolibets de leurs camarades et aux adultes de mettre fin à un complexe dont ils souffrent depuis l’enfance.

Suis-je un bon candidat à l’otoplastie ?


Voici les raisons qui peuvent vous pousser à bénéficier d’une chirurgie des oreilles :

 

  • Vos oreilles sont décollées.
  • Vos oreilles sont trop grandes.
  • Vous adoptez toujours une coiffure qui recouvre vos oreilles car vous êtes complexée.

Dans ces cas, si vous avez une attente réaliste vous serez vraisemblablement satisfaite par cette chirurgie.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une otoplastie ?


Avantages

 

  • Les oreilles sont recollées.
  • La taille des oreilles peut être corrigée.
  • Les incisions sont cachées .
  • Vous pouvez adopter la coiffure que vous souhaitez.

 

Inconvénients

 

  • La technique permet de recoller les oreilles mais est souvent plus efficace sur la partie centrale que sur les extrémités.
  • La symétrie parfaite est souvent difficile à atteindre.
  • Vous êtes soumise aux risques inhérents à ce type d’intervention.

 

Comment choisir un chirurgien ?


Choisissez un chirurgien en qui vous pouvez avoir confiance.

Il est important de choisir un chirurgien qualifié en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique. Il est aisé de vérifier la qualification d’un chirurgien auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins.

Il est préférable qu’il ait de l’expérience dans ce type d’intervention.

Enfin, il faut que le contact et les échanges verbaux avec le praticien soient aisés. Le chirurgien doit être en mesure de vous expliquer clairement l’intervention et ce que vous pouvez en attendre.

 

 

Comment se déroule la première consultation ?


La première consultation est l’occasion pour vous et votre chirurgien de faire connaissance. Le chirurgien va évaluer si vous êtes une candidate adéquate à l’otoplastie comprendre vos souhaits et vous expliquer ce que vous pouvez attendre de l’intervention.

Le chirurgien demandera des renseignements sur :

 

  • Vos antécédents chirurgicaux et médicaux.
  • Vos traitements passés et actuels.
  • Une éventuelle addiction tabagique.
  • Pour un enfant on vérifiera la motivation de celui-ci et on l’interrogera sur ses rapports avec ses camarades.

 

Au cours de l’examen clinique le praticien  prendra différentes mesures.

Il notera :

 

  • La taille des oreilles.
  • Le degré de décollement.
  • La forme de l’anthélix et le degré d’enfouissement de la conque.
  • Une éventuelle asymétrie.

 

Il simulera manuellement le recollement des oreilles afin que vous vous fassiez une idée du résultat final.

Il vous expliquera les résultats que vous pouvez attendre de cette intervention.

Le praticien vous expliquera le déroulement de l’intervention et les suites opératoires.

Enfin il vous remettra un devis détaillé afin que vous puissiez connaître le tarif de votre intervention.

 

 

Le jour de l’intervention est fixé, comment me préparer à l’intervention ?


Il est nécessaire de voire un anesthésiste au moins 48 heures avant l’intervention si l’intervention se pratique sous anesthésie générale ou sédation. En l’absence de pathologie intercurrente il vous prescrira une prise de sang.
Il est recommandé d’arrêter le tabac un mois avant l’intervention. Il est prouvé que les complications de cicatrisation sont plus fréquentes chez les patientes fumeuses.
Ne prenez pas d’aspirine qui a pour action de fluidifier le sang.
D’une façon générale, il est recommandé de mener une vie saine et équilibrée avec une bonne hydratation. Votre récupération s’en trouvera améliorée.

 

 

Questions fréquentes sur les l’otoplastie ?

Quelle est la durée de l’intervention ?

La durée est courte, environ quarante cinq minutes

Quelle est la durée du résultat dans le temps ?

La tenue dans le temps est généralement bonne et cette intervention ne se pratique en général qu’une seule fois.

Est-ce une intervention douloureuse ?

La chirurgie des oreilles est plutôt douloureuse. Des antalgiques adaptés vous sont prescrits.

Y a-t-il un âge maximal pour une otoplastie ?

Il n’y a pas d’âge maximal et il peut arriver d’opérer des personnes âgées gênées depuis leur enfance et qui franchisse le pas tardivement.

Y a-t-il un âge minimal pour une otoplastie ?

Il n’y a pas d’âge minimal mais il faut que l’enfant puisse formuler sa demande et que celle-ci découle d’une gêne sociale importante auprès des camarades.

Il faut qu’il soit en mesure de coopérer dans les suites postopératoires.