Chirurgie esthétique de seins

Seins : reconstruction mammaire après cancer

Principe de la reconstruction mammaire

L’objectif de ces techniques chez une patiente qui a subit une ablation du sein (mastectomie) pour traiter un cancer est de reconstruire ce sein avec une prothèse, un lambeau ou une combinaison des deux.

La reconstruction mammaire comporte schématiquement 3 étapes : 1 la reconstruction du volume, 2 du mamelon et 3 de l’aréole.

La reconstruction mammaire est donc un ensemble d’interventions qui s’étale sur plusieurs mois. Entre le début de la reconstruction et le résultat final, il n’est pas rare qu’il s’écoule plus d’une année.

Les différentes techniques chirurgicales de reconstruction mammaire

1. La reconstruction du volume se fait soit avec :

 

a. Une prothèse mammaire 

b. Un lambeau de grand dorsal : on utilise un muscle du dos pour reconstruire le sein. Une prothèse peut être utilisée conjointement.

c. Un lambeau de grand droit abdominal : on utilise un muscle du ventre pour la reconstruction.

f. Un lipofilling ; on utilise la propre graisse de la patiente que l'on greffe pour recréer un volume mammaire. Cette technique s’utilise également pour effectuer des retouches sur un sein reconstruit par une autre technique.

 

2. La reconstruction du mamelon s’effectue soit par lambeau local, soit par greffe. On peut dans le même temps symétriser le sein controlatéral par une technique de lifting du sein ou de réduction mammaire.

 

3. La reconstruction de l’aréole s’effectue par dermopigmentation (tatouage).

Suites post-opératoires

Les suites opératoires de reconstruction du volume sont variables selon la technique utilisée. D’une façon générale la technique présentant les suites les plus simples est la technique de la reconstruction mammaire par prothèse.

 

Pour les techniques de reconstruction par lambeau, les suites peuvent être compliquées mais le résultat peut paraître parfois plus naturel. Elles nécessitent également une physionomie permettant le prélèvement du lambeau. Notre choix se porte vers la technique la plus sûre adaptée à votre cas.

 

Les suites de reconstruction du mamelon et de l’aréole sont souvent simples.

 

Vous êtes régulièrement revue régulièrement en consultation pendant les étapes de cette reconstruction.

En conclusion

La reconstruction mammaire permet de reconstruire un sein même s’il n’est jamais identique au sein d’origine. Ces interventions aident à surmonter le traumatisme psychologique de la mastectomie.

Suis-je une bonne candidate à la reconstruction du sein ?


Voici les raisons qui peuvent vous pousser à bénéficier d’une reconstruction du sein.

 

  • Vous vivez mal de vivre amputée d’un sein.
  • Votre féminité se trouve affectée par la mastectomie.
  • Vous n’êtes pas en surpoids majeur.
  • Vous ne fumez pas.

 

Dans ces cas, si vous avez une attente réaliste vous serez vraisemblablement satisfaite par cette reconstruction.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une reconstruction du sein par implant mammaire ?

 
Avantages

 

  • Vous n’aurez pas à porter d’épithèse. L’épithèse est une prothèse externe mise dans le soutien gorge.
  • C’est un moyen de mettre la maladie derrière soit et aller de l’avant.
  • Vous pourrez retrouver une apparence plus féminine et plus en accord avec ce que vous étiez avant la mastectomie.

 

Inconvénients

 

  • Il s’agit d’une chirurgie supplémentaire.
  • C’est un processus long comprenant, le plus souvent, plusieurs interventions.
  • Vous êtes soumise aux risques inhérents à ce type d’intervention.

 

Comment choisir un chirurgien ?


Choisissez un chirurgien en qui vous pouvez avoir confiance.
Il est important de choisir un chirurgien qualifié en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique. Il est aisé de vérifier la qualification d’un chirurgien auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins.
Il est préférable qu’il ait de l’expérience dans la reconstruction mammaire. C’est une chirurgie en terrain traumatique qui nécessite une approche subtile.
Enfin, il faut que le contact et les échanges verbaux avec le praticien soient aisés. Le chirurgien doit être en mesure de vous expliquer clairement l’intervention et que vous puissiez échanger librement avec lui.

 

Comment se déroule la première consultation ?


La première consultation est l’occasion pour vous et votre chirurgien de faire connaissance. Le chirurgien va évaluer si vous êtes une candidate adéquate à ce type de reconstruction, comprendre vos souhaits et vous expliquer ce que vous pouvez attendre de l’intervention.
Le chirurgien demandera des renseignements sur :

 

  • La date et les conditions de la mastectomie ;
  • Vos attentes pour cette reconstruction ;
  • Vos antécédents chirurgicaux et médicaux ;
  • Vos traitements passés et actuels ;
  • Les antécédents de chirurgie du sein ;
  • Une éventuelle addiction tabagique ;
  • Votre taille et poids ainsi, qu’éventuellement, la taille de soutien-gorge que vous utilisez.

 

Au cours de l’examen clinique le praticien  prendra différentes mesures et fera des photos. Il notera:

 

  • La taille actuelle de votre sein controlatéral et celle souhaitée ;
  • La qualité de votre peau ;
  • La qualité de la cicatrice si la mastectomie a déjà été effectuée ;
  • La qualité de votre tissu glandulaire et graisseux ;
  • La position de votre/vos aréole(s) ;
  • La ptôse éventuelle du sein controlatéral.

 

Vous évaluerez avec lui le type de reconstruction adaptée à votre cas.
Le praticien vous expliquera le déroulement de(s) différente(s) intervention(s) et les suites opératoires. Il essaiera d’établir une chronologie des différentes étapes afin que vous puissiez vous projeter et vous investir dans le processus reconstructif.
Enfin il vous remettra un devis détaillé afin que vous puissiez connaître le tarif de votre intervention.

Questions fréquentes concernant la reconstruction mammaire

La reconstruction mammaire est-elle « obligatoire » après mastectomie ?

Chaque patiente est différente et certaines patientes tolèrent mieux que d’autres le traumatisme de l’amputation du sein. Le choix de la reconstruction qui est un processus long doit se faire avec le maximum d’information avec pour objectif le choix le plus adapté à chaque cas.

Qu’appelle t-on reconstruction mammaire différée ?

Il s’agit d’une reconstruction effectuée à distance de l’intervention de mastectomie

Qu’appelle t-on reconstruction mammaire immédiate (RMI) ?

Il s’agit d’une reconstruction effectuée dans le même temps opératoire que la mastectomie.

Quels sont les avantages d’une reconstruction mammaire immédiate ?

La patiente n’a pas à subir le traumatisme de l’absence de sein au réveil de sa mastectomie.

Quels sont les inconvénients de la reconstruction mammaire immédiate ?

La patiente peut-être déçue du résultat car elle n’a pas eu le temps de faire le « deuil » de son sein mastectomisé. Il est important de comprendre que le sein reconstruit ne sera jamais le même que celui d’origine.

L’ambition initiale d’une reconstruction est d’assurer un volume mammaire satisfaisant et d’éviter le port d’une « épithèse ».

Si certains résultats de reconstruction mammaire sont très satisfaisants d’un point de vue esthétique, ce n’est pas toujours le cas.

Qu’est-ce qu’un lambeau ?

Un lambeau est composé de différents tissus prélevés à un endroit du corps que l’on appelle site donneur et transféré vers le site receveur. Le lambeau reste relié au corps par un pédicule vasculaire qui contient les vaisseaux permettant de faire vivre ce lambeau lorsqu’il sera mis en place au niveau du site receveur.

Les lambeaux les plus utilisés en reconstruction du sein sont le grand dorsal et le grand droit abdominal (TRAM).

Qu’est ce qu’un lambeau libre ?

C’est un lambeau dont le pédicule est sectionné du site donneur puis réanastomosé aux vaisseaux du site receveur par microchirurgie. C’est une technique délicate avec un taux de complication non négligeable mais c’est parfois la seule technique possible. Différents lambeaux comme le grand fessier ou le TRAM libre peuvent bénéficier de cette technique

Qu’est-ce qu’une greffe ?

Elle est constituée de tissus qui, comme le lambeau, sont transférés d’un site donneur vers un site receveur mais dans ce cas il n’y a pas de pédicule nourricier. Il faut que le site receveur soir suffisamment bien vascularisé pour pouvoir recoloniser la greffe avec des nouveaux vaisseaux sanguins. Dans le cadre de la reconstruction mammaire le tissu graisseux peut être greffé : c’est le lipofilling ou lipostructure.

Qu’est ce qu’une reconstruction auto-logue ?

C’est une reconstruction effectuée avec ses propres tissus (lipofilling ou lambeau) par opposition à une reconstruction effectuée par implant.