Chirurgie esthétique de seins

Chirurgie des seins : augmentation par prothèses

Principe de l’augmentation mammaire

L’augmentation mammaire consiste à corriger le volume jugé insuffisant des seins. Il est important de noter qu’un volume de sein ne s’apprécie qu’en fonction de la silhouette. Une même taille de prothèse ne donnera pas le même effet selon que la patiente est grande, petite, forte, menue... .

Technique chirurgicale de la pose des implants

La mise en place de prothèses se fait derrière la glande mammaire ou le muscle grand pectoral.
L'emplacement de la cicatrice, la situation de la prothèse par rapport au muscle, le type et la taille de la prothèse sont décidés en consultation, en fonction notamment de différents paramètres et de vos désirs.
 

La prothèse est introduite par une courte incision située soit:

 

  •  autour de l'aréole
  •  dans le pli sous-mammaire,
  •  dans la région de l'aisselle.

 

Les voies d'abord pour la pose de prothèses mammaires
Les voies d'abord pour la pose de prothèses mammaires

On place la prothèse soit en :

 

  • Rétroglandulaire: derrière la glande mammaire et devant le muscle grand pectoral,
  • Rétropectoral: derrière la glande mammaire et derrière le muscle grand pectoral.
  • Dual-plan:implique une combinaison de décollement rétroglandulaire et rétropectoral.

 

En cas de ptose mammaire (seins tombants, aréole basse), il faut redrapper l'enveloppe cutanée, ce qui implique une rançon cicatricielle plus importante (péri-aréolaire, verticale, ou en T inversé).
En fin d'intervention, un pansement modelant (type « cœur croisé »), avec des bandes élastiques, peut  être mis en place.
Le positionnement des prothèses devant ou derrière le muscle pour l'augmentation mammaire
Le positionnement des prothèses devant ou derrière le muscle pour l'augmentation mammaire

Positionnement de l'implant mammaire en position rétroglandulaire ou rétropectorale

Suites post-opératoires

En général une hospitalisation d'une nuit est habituellement suffisante. Le retour au domicile s’effectue le lendemain.

Les suites opératoires peuvent être douloureuses les premiers jours, notamment lorsque la prothèse est placée derrière le muscle grand pectoral. Un traitement antalgique débuté lors de l’hospitalisation permet d’atténuer ces désagréments et de les réduire à une forte sensation de tension.

 

Un oedème (gonflement) et ecchymoses (bleus) des seins, gêne à l'élévation des bras sont possibles au début.

Vous êtes revue en consultation quelques jours plus tard. On enlève alors le pansement modelant et on met en place un soutien-gorge de contention s'il n'a pas été misen place le jour de l'intervention. Le port de ce soutien-gorge est conseillé pendant un mois, nuit et jour. Une astuce pratique : lors de la douche vous pouvez laver votre soutien-gorge en même temps, le sécher au sèche-cheveux et le remettre en suivant.

 

Les fils de suture sont résorbables et il n’est pas nécessaire de les enlever.

Il convient d'envisager une convalescence et un arrêt de travail d'une durée de 4 à 10 jours.

On conseille d'attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

 

Vous êtes régulièrement revue en consultation par la suite. Sachez que si le volume définitif est obtenu très rapidement, l’aspect définitif n’est obtenu qu’au bout de quelque temps : les seins sont en général assez tendus au début et s’assouplissent progressivement. On conseille des massages pendant cette période.

En conclusion

L’augmentation mammaire permet de rééquilibrer une silhouette et ainsi d’accentuer votre féminité.

Photos avant / après

Cas n°1 : photo avant / après d'augmentation mammaire par prothèses vue de face

Cas n°1 : augmentation mammaire par prothèses vue de face

Cas n°1 : photo avant / après d'augmentation mammaire par prothèses vue de trois quart

Cas n°1 : augmentation mammaire par prothèses vue de trois quart

Cas n°2 : augmentation mammaire par prothèses vue de face

Cas n°2 : augmentation mammaire par prothèses vue de face

Cas n°2 : augmentation mammaire par prothèses vue de profil

Cas n°2 : augmentation mammaire par prothèses vue de profil

Cas n°3 : augmentation mammaire par prothèses vue de face

Cas n°3 : augmentation mammaire par prothèses vue de face

Cas n°3 : augmentation mammaire par prothèses vue de trois quart

Cas n°3 : augmentation mammaire par prothèses vue de trois quart

<
>
Suis-je une bonne candidate à l’augmentation mammaire par implants ?

 

Voici les raisons qui peuvent  vous pousser à rechercher une augmentation mammaire :

  • Vous pensez que vos seins sont trop petits par rapport à votre morphologie.
  • Votre silhouette n’est pas harmonieuse parce que vos hanches sont relativement développées par rapport à votre buste.
  • Vous êtes mal à l’aise lorsque vous portez des hauts serrés ou un haut de maillot de bain.
  • Vos seins sont vidés après avoir eu des enfants.
  • Vos seins sont vidés après avoir maigri.
  • Vous avez une asymétrie mammaire.
  • Dans ces cas, si vous avez une attente réaliste vous serez vraisemblablement satisfaite par une augmentation mammaire.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’augmentation mammaire par prothèses ?

 

Avantages

  • Les implants mammaires rééquilibrent une silhouette sur le long terme.
  • Le rôle de la poitrine dans la perception de votre féminité est important et cette intervention permet d’améliorer cette zone anatomique.
  • Une silhouette équilibrée a un effet rajeunissant.

 

Inconvénients

  • Ce sont des implants et vous pouvez être amené à les faire changer.
  • Vous êtes soumise aux risques inhérents à ce type d’intervention.

 

Comment choisir un chirurgien ?

 

Choisissez un chirurgien en qui vous pouvez avoir confiance.

Il est important de choisir un chirurgien qualifié en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique. Il est aisé de vérifier la qualification d’un chirurgien auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins.

Il est préférable qu’il ait de l’expérience dans la pose de prothèses mammaires.

Enfin, il faut que le contact et les échanges verbaux avec le praticien soient aisés. Le chirurgien doit être en mesure de vous expliquer clairement l’intervention et que vous puissiez échanger librement avec lui.

 

Comment se déroule la première consultation ?

 

La première consultation est l’occasion pour vous et votre chirurgien de faire connaissance. Le chirurgien va évaluer si vous êtes une candidate adéquate à l’augmentation mammaire, comprendre vos souhaits et vous expliquer ce que vous pouvez attendre de l’intervention.

 

Le chirurgien demandera des renseignements sur :

  • Vos antécédents chirurgicaux et médicaux.
  • Vos traitements passés et actuels.
  • Les antécédents de tumeur du sein personnels et familiaux.
  • Une éventuelle addiction tabagique.
  • Les résultats d’une mammographie si vous en avez déjà passé.
  • Votre taille et poids ainsi, qu’éventuellement, la taille de soutien-gorge que vous utilisez.

Au cours de l’examen clinique le praticien  prendra différentes mesures et fera des photos. Il notera:

  • La taille actuelle de vos seins  et celle souhaitée.
  • La qualité de votre peau.
  • La qualité de votre tissu glandulaire et graisseux.
  • La position de vos aréoles.
  • La ptose éventuelle des seins.
  • Une éventuelle asymétrie.

Vous évaluerez avec lui la taille et le type d’implants adaptés à votre situation. Le praticien vous expliquera le déroulement de l’intervention et les suites opératoires. Enfin il vous remettra un devis détaillé afin que vous puissiez connaître le tarif de votre intervention.

 

Le jour de l’intervention est fixé, comment me préparer à l’intervention ?

 

Il est nécessaire de voire un anesthésiste au moins 48 heures avant l’intervention. En l’absence de pathologie intercurrente il vous prescrira une prise de sang.

Il est recommandé d’arrêter le tabac un mois avant l’intervention. Ne prenez pas d’aspirine qui a pour action de fluidifier le sang.

D’une façon générale, il est recommandé de mener une vie saine et équilibrée avec une bonne hydratation. Votre récupération s’en trouvera améliorée.

 

Questions fréquentes à propos de l’augmentation mammaire par prothèses

Comment choisir les implants ?

Concernant la taille des prothèses, il est important que vous puissiez avoir une évaluation du résultat final. Cette évaluation peut se faire soit par logiciel informatique soit par l’essai de gabarits. La deuxième solution offre l’avantage d’avoir une vision de votre silhouette en 3 dimensions et en dynamique. Cette évaluation se fait au cabinet et vous êtes assistée dans cette démarche par le praticien.

 

Les implants mammaires peuvent être répartis en différentes catégories selon :

 

Leur nature :

 

  • Remplis de sérum physiologique. Ces implants ne sont quasiment plus utilisés en raison de leur toucher peu naturel et le risque de dégonflage rapide.
  • Remplis de gel de silicone. Ce sont les implants couramment utilisés à l’heure actuelle.

 

Leur forme :

 

  • Rondes.
  • Anatomiques.

 

Votre chirurgien vous orientera vers le type d’implant le plus adapté à votre cas.

Les deux types de prothèses mammaires : anatomiques et rondes
Les deux types de prothèses mammaires : anatomiques et rondes

Photo des deux types d'implants mammaires : les prothèses anatomiques (à gauche) et les prothèses rondes (à droite)

Peut-on prendre l’avion en étant porteuse d’implants mammaires ?

C’est sans doute le mythe le plus répandu concernant cette intervention ! Soyez rassurée, il n’existe aucune contre-indication au voyage aérien lorsqu’on est porteuse de prothèses.

Peut-on allaiter ?

Il n’y a pas de contre-indication à l’allaitement.

Quelle est la durée du résultat dans le temps ?

La réponse est complexe car elle dépend :

 

  • D’éventuelle(s) grossesse(s).
  • Des variations de poids.
  • De la gravité.
  • De la qualité de la peau.
  • Des variations hormonales.

 

D ‘une façon générale les poitrines avec implants ont tendance à rester plus jolies dans le temps qu’une poitrine de même taille sans implant.

Faut-il changer régulièrement les implants ?

Il n’y a pas de consensus sur le sujet. Une surveillance régulière est nécessaire. C ‘est la même surveillance que si vous n’aviez pas d’implants : palpation des seins annuelle, mammographie tous les 2 ans à partir de 50 ans.

Mes seins sont tombants, est-ce que la mise en place d’implants va les remonter ?

Non les implants augmentent la taille des seins avec leurs qualités et leurs défauts ; Lorsqu'un sein est un peu tombant, la mise en place d’un implant aura tendance à donner un sein plus gros et lourd ce qui peut renforcer l’aspect naturel du sein. En revanche, en cas de ptose avérée, un lifting du sein est indispensable.

La mise en place d’implants modifie t-elle la sensibilité aréolaire ?

Il n’est pas exceptionnel de ressentir une modification de la sensibilité aréolaire en postopératoire. Néanmoins, dans la plupart des cas, la sensibilité se normalise au bout de 3 à 6 mois.

Peut-on passer une mammographie en étant porteuse d’implants mammaires ?

Cela ne pose aucun problème de passer une mammographie. Penser simplement à prévenir le radiologue. Lors de cet examen, le sein est comprimé entre 2 plaques ; demander à votre chirurgien de toucher et palper une prothèse et vous verrez que celle ci supporte très bien une forte pression.

Peut-on faire du sport après cette intervention ?

Il n’y a aucune contre-indication à la pratique sportive. En revanche pour des sportives de haut niveau dont le sport sollicite fortement le muscle grand pectoral (natation, escalade) il conviendra de discuter les avantages et inconvénients d’un éventuel placement de l’implant en retro pectoral.

Qu’est-ce qu’une coque ?

Il s’agit du durcissement progressif du ou des seins opéré(s). Tout corps étranger implanté dans l’organisme provoque une réaction de défense ; ceci est vrai pour un pacemaker, une prothèse de hanche mais aussi pour des prothèses mammaires. Cette enveloppe est généralement souple. Dans certains cas, elle se calcifie et devient dure. On parle alors de coques. Il existe la classification de Baker qui permet d’en quantifier le stade :

 

  • Baker classe I – Les seins doux avec un aspect naturel.
  • Baker classe II – Une légère fermeté des seins avec un aspect naturel.
  • Baker classe III – Des seins fermes avec le début d'une déformation des seins.
  • Baker classe IV – Des seins fermes et douloureux avec déformations.

 

L’incidence des coques est faible (environ 3%) et le traitement est le plus souvent médical. Cependant dans les stades III et IV, il peut être nécessaire d’intervenir pour enlever la prothèse afin d’effectuer une capsulotomie (fragilisation de la coque) ou une capsulectomie (ablation de la coque) et remettre en place une prothèse.

S’habitue t-on au poids généré par les implants ?

A condition de rester dans des tailles d’implants raisonnables, le surplus de poids amené au niveau de la poitrine reste modéré et est facilement intégré au schéma corporel des patientes.

Qu’est ce que le dual plan ?

Le dual-plan est une technique dont on a entendu beaucoup parlé ces dernières années. Schématiquement l’implant est placé en position rétropectorale dans la partie supérieure. Le chirurgien procède également à un décollement partiel en avant du muscle.

Quel est l’intérêt du dual plan ?

L’intérêt est de mobiliser une partie de la glande pour provoquer une légère ascension. Les seins légèrement ptotiques peuvent bénéficier de cette technique.