Chirurgie dermatologique des lésions profondes, lipomes, kyste épidermiques.

Principe de la chirurgie des lésions situées sous la peau

Ces lésions de types très divers ont en commun d’être situées sous la peau et non pas à la surface comme peuvent l’être les naevi et les lésions cancéreuses de la peau.

Le patient les palpe sous la peau et les sent grossir au fur et à mesure que le temps passe.

Une échographie permet parfois d’en préciser la structure (pleine ou kystique) les rapports avec les structures avoisinantes (au contact ou dans le muscle par exemple.

 

La chirurgie est le traitement de choix pour l’ablation de ces lésions car une analyse anatomopathologique (au microscope) est nécessaire. Effectivement, rarement, les tumeurs des parties molles peuvent être malignes. Le plus souvent, il s’agit de kystes épidermiques (lésion bénigne développée au dépend des annexes de la peau) ou lipomes (lésions bénignes) développées au dépend des cellules graisseuses.

 

Ces interventions, comme toute chirurgie de la peau, laissent une cicatrice que l’on orientera de façon à ce qu’elle soit la plus discrète possible.

Technique chirurgicale

L’intervention peut se pratiquer sous anesthésie locale, sous sédation, ou anesthésie générale selon la taille, les rapports et la profondeur de la lésion. L’incision fait en général la taille de la lésion. La lésion est enlevée en totalité avec la « capsule » s’il y en a une.

Suites post-opératoires

Le retour à domicile s’effectue après la procédure.

Le plus souvent, on met en place un pansement compressif que l’on retire le lendemain. Un lavage au sérum physiologique ainsi que l’application de vaseline pour faire tomber les croutes sont le plus souvent suffisants. Des massages de cicatrices sont à effectuer à partir du septième jour.

A signaler que les cicatrices mettent 6 mois à 2 ans avant de s’éclaircir complètement.

En conclusion

C’est une intervention simple techniquement mais dont la rançon cicatricielle est évidente. Cependant, seule l’exérèse chirurgicale permet d’établir grâce à l’analyse anatomocytopathologique qui en découle.

Comment choisir un chirurgien ?

Votre dermatologue peut pratiquer ces interventions mais il se peut qu’il souhaite vous adresser à un chirurgien plasticien si la lésion est volumineuse, profonde ou de localisation délicate.

Choisissez un chirurgien en qui vous pouvez avoir confiance

Il est important de choisir un chirurgien qualifié en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique. Il est aisé de vérifier la qualification d’un chirurgien auprès du Conseil de l’Ordre des Médecins.

Il est préférable qu’il ait de l’expérience dans ce type d’intervention, et qu’il travaille avec une équipe d’anesthésiste rodée à ce type d’intervention.

Enfin, il faut que le contact et les échanges verbaux avec le praticien soient aisés. Le chirurgien doit être en mesure de vous expliquer clairement l’intervention et que vous puissiez échanger librement avec lui.

Le jour de l’intervention est fixé, comment me préparer à l’intervention ?

Il est recommandé d’arrêter le tabac un mois avant l’intervention. Il est prouvé que les complications de cicatrisation sont plus fréquentes chez les patients fumeurs. Ne prenez pas d’aspirine qui a pour action de fluidifier le sang.

D’une façon générale, il est recommandé de mener une vie saine et équilibrée avec une bonne hydratation. Votre récupération s’en trouvera améliorée.

Questions fréquentes concernant la chirurgie des lésions situées en profondeur de la peau

Quand faut-il enlever les points après l’intervention ?

Si les points ne sont pas résorbables, il faut les faire enlever. Cette ablation se fait quelques jours après l’intervention dans une zone cosmétiquement sensible comme le visage mais on peut laisser les points beaucoup plus longtemps dans une zone a risque de désunion comme le genou.

Pourquoi mon dermatologue m’adresse t-il à un chirurgien esthétique?

Les dermatologues sont parfaitement formés à ce type de chirurgie mais certains ne la pratiquent pas car ils ne sont pas équipés au cabinet du matériel adéquat ou ont une orientation non chirurgicale.

D’autres pratiquent très régulièrement ce type d’intervention mais préfèrent parfois passer la main lorsque la lésion est située dans une zone esthétiquement sensible ou lorsque le terrain du patient est défavorable.

Que se passe-t-il si je ne me fais pas opérer ?

  • Il est possible que la lésion ne soit pas évolutive et que vous passiez de nombreuses années sans que celle-ci n’évolue.
  • Si la lésion est évolutive son grossissement peut entrainer une gêne esthétique, une compression des structures anatomiques voisines.
  • Les kystes épidermiques peuvent se sur-infecter auquel cas le traitement n’est plus de l’ordre de la chirurgie plastique mais de la chirurgie générale avec incision et mise à plat de la lésion pouvant entrainer une cicatrice disgracieuse.
  • Dans de rares cas la lésion peut être maligne

Comment déterminer si une lésion est maligne?

Les examens complémentaires comme l’échographie, le scanner et l’IRM peuvent orienter le diagnostic, cependant le diagnostic définitif ne peut se faire que sur l’analyse de la pièce opératoire par un médecin pathologiste.

Comment choisit –on la position de la cicatrice ?

La cicatrice est placée, dans la mesure du possible, dans une zone où elle sera soumise au minimum de contraintes physiques afin qu’elle ne s’élargisse le moins possible.

Après cette chirurgie y a-t-il un risque de récidive?

Si la totalité de la lésion et son éventuelle « paroi » ont été enlevé le risdque de récidive est faible mais il existe. En revanche s’il persiste des débris de la lésion après l’intervention le risque de récidive est plus important.

Pourquoi faut-il protéger les cicatrices du soleil ?

Tant que les cicatrices sont inflammatoires (rouges) elle peuvent pigmenter (devenir marron) si elles sont exposée au soleil.

Comment se protéger du soleil ?

Il faut éviter de s’exposer au moment de la journée où les rayons sont le plus nocifs (entre 11h00 et 16h00), utiliser une crème solaire d’indice élevé (50+), porter un chapeau.

Qu’est ce qu’un lipome ?

Un lipome est une tumeur graisseuse bénigne (non cancéreuse) qui est souple, située sous la peau, le plus souvent indolore et qui reste de taille constante ou grossi progressivement sur les années.

Quelle est l’origine d’un lipome ?

On ne connaît pas bien le mécanisme de formation des lipomes cependant il existe des formes familiales de lipomatose.

Qu’est qu’un kyste épidermique ?

C ‘est une lésion bénigne située sous la peau constituée d’une enveloppe contenant, le plus souvent, une substance constituée de kératine.

Quelle est l’origine du kyste épidermique ?

Ces lésions sont constituées de cellules de la peau qui migrent en profondeur et produisent de la kératine.