Nymphoplastie

Nymphoplastie (chirurgie intime)

Principe de la chirurgie intime

Le principe est de réduire la taille des petites lèvres chez des patientes présentant une hypertrophie d’origine primaire ou secondaire.

En effet cette hypertrophie peut engendrer une véritable gêne fonctionnelle avec irritation lors d’activités sportives voire à la marche ainsi que des dyspareunies (douleurs lors des rapports sexuels).

La prise en charge de cette intervention connait chez un essor important actuellement en chirurgie esthétique, sans doute grâce à Internet qui permet de se renseigner sur cette pathologie un peu tabou, que l’on a du mal à aborder avec son médecin, voire même avec son gynécologue.

Technique chirurgicale de la nymphoplastie

Il existe de nombreuses techniques décrites. Nous préférons éviter les techniques plaçant la cicatrice entièrement sur la tranche de la lèvre qui peuvent être source d’hyper ou d’hypo sensibilité postopératoire.

Nous utilisons donc une incision en zigzag qui limite ces inconvénients.

La résection est adaptée à la demande.

Suites post-opératoires

Les soins se limitent à des toilettes à la bétadine gynécologique.

Les suites opératoires sont marquées par un œdème et des ecchymoses qui peuvent être spectaculaires et qui régressent en quelques semaines. La marche peut être gênante au début.

Les fils sont résorbables et il n’est donc pas nécessaire de les enlever.

Il est souvent souhaitable que la patiente effectue elle-même des massages des cicatrices afin de les assouplir au plus vite.

En conclusion

C’est une intervention qui est marquée par un fort taux de satisfaction chez des patientes qui sont gênées et complexées par ce problème.